accueil

Péloponnèse

6 juin


Réveil à 5 h. petit déjeuner sur le pouce
et débarquement à Patras.
Essence et cap sur Olympie vers le sud.

Olympia environ 100 kms. Il est 7 h 30

Petits arrêts café et ré-arrimage des sacs.

Les kilomètres passent vite.

A 10 h on est à Pyrghos et à 11 h à Olympie.

Re café et installation au camping « Diana » centre ville.


La patronne nous « remise » à 14 euros la journée.
Le patrons (voir photo ci-contre) est un vieux roublard.

Ils parlent tous français, frustrant…

Il nous recommande une petite taverne sous les vignes
où nous déjeunons après avoir visité le tout petit
mais si émouvant musée des Jeux Olympiques
(beaucoup à la gloire du baron de Coubertin)

Histoire des jeux jusqu’à nos jours.

Zatopek, Owens et les autres
y sont glorifiés en commençant par Milon de Crotone.

Pour en revenir au déjeuner sous la tonnelle, agneau à l’origan, salade paysanne
et retsina rosée "du patron" (pour de vrai …).

Il est 14 h 15 ce 6 juin. Match Uruguay / France.

Le patron nous a donné un tuyau pour le dîner de ce soir. Le « Varelia » a suivre …

L’équipe de France serait-elle sous l’influence unique de Zizou ?
Il ne joue pas (blessé), alors ILS ne jouent pas, ils rament ...! Match nul de partout.

Après le match nous allons visiter le site et le musée d’Olympie.

 

le site d'Olympie
l'Hermes à l'enfant de Praxitèle
l'Apollon d'Olympie
le musée d'Olympie

 

fronton ouest du temple de Zeus représentant une centauromachie
au milieu Apollon, de part et d'autre, les Lapithes et les Centaures


Bien sûr c’est Olympie avec son temple de Zeus, son gymnase, son magnifique stade sans gradins.
Olympie, encaissée dans les montagnes hérissées de cyprès, couronnée de lauriers roses et blancs.

Mais les ruines elles-même ne sont pas aussi spectaculaires qu’à Ephèse par exemple.

Hormis le temple de Zeus avec ses colonnes couchées, il faut deviner les édifices, si discrètement signalés,
que cela relève du déchiffrage.

le gymnase d'Olympie
le stade d'Olympie
les colonnes du temple de Zeus Olympien
le philippeion d'Olympie

reconstitution du temple de Zeus Olympien

 

 

Nous cherchons désespérément les starting-blocks du stade mais en vain
Nous les trouverons ailleurs … a suivre.

Nous dînons au « Varelia », comme prévu, ouzo, retsina, moussaka et morue

Addition ……. 12 euros.

km 1345


7 juin

Temps couvert.

Notre projet d’aller en bord de mer capote.
Réparation de mon casque, on vaque.

Cybercafé et déjeuner au petit resto de la veille.

On charge « Bibiche ».

Direction Finikouda via Pylos encore plus au sud.
Gros camping en bord de mer.

Agréable.

Bain de mer rapide pour Audrey et dîner sur le petit por

Nous sommes tombé sur un chat mangeur de frites. Kalamarakia, souvlaki, horiatikia et « Kourkati ».
Audrey va tremper ses pieds dans l’eau.

km 1487

8 juin

Audrey a dormi à la belle étoile.

Départ du camping « moulin à vent ». Nous sommes entourés de chiens.

Après avoir ingurgité un indéterminable nes …(café)
(pas de petit déjeuner au camping)
nous allons manger une tiropita au village.

Vrai départ de Finikouda vers 10 h 30

Direction Kalamata par Koroni et Petalidhi,
côte extrême sud.

Le temps se dégage à Kalamata où nous déjeunons dans une petite taverne d’un délicieux kokinisto
(agneau rôti) et d’une salade paysanne.

Après il suffit de faire 20 mètres pour piquer une tête dans une mer belle, claire et pas froide.


On repart pour Sparte par une route
tourmentée et sublime.

Ca monte.
Plus de foisonnement de bougainvillées ni de lauriers.
Genêts et pins parsèment les montagnes.

Le spectacle est permanent. Très peu de circulation.
Grosses chaleurs.
Nous avons accroché casques et vestes sur « bibiche ».

Arrivée au col et petit arrêt bière sous les platanes.
Après c’est la descente sur la plaine de Sparte.

Nous traversons des gorges encaissées
propices à l'escalade.

Là au bord de la route une tombe rappèle la mort d'un grimpeur,
Ilyas Gatsos.

Descente au paradis.

La plaine regorge d’oliviers et d’agrumes.

 


la tombe d'Ilyas Gatsos------------------

Entrée dans Sparte la blanche,
blanche comme la couleur des tuniques
de ses antiques aristocrates.
Sparte toujours fière et arrogante à l’image
des villas modernes outrageusement luxueuses
(luxe il est vrai quelque peu douteux)
qui jalonnent
les faubourgs minables.

Un petit tour en centre ville et nous gagnons le camping
Castel View à Mystras tout près de Sparte.
Petit et familial. Nous sommes très bien accueillis.


Il n y a probablement peu de choses à voir de la Sparte antique
mais la citadelle byzantine de Mystras va nous occuper.

Ce soir nous projetons de dîner dans une petite taverne que nous avons repérée en arrivant.
Idée approuvée par notre hôtesse au camping.

En fait celui là était fermé et nous nous sommes fourvoyé dans un bistrot vachement bourgeois.

Nous avons quand même bien mangé et pour des prix habituels.

Acquisition d’un livre-guide sur la Grèce très complet.

km 1633

9 juin

Réveil par les carillons des églises environnantes.
C’est dimanche.

Visite de l’antique Sparte après la photo incontournable
de Léonidas devant le stade moderne
avenue Constantin Paleologhos.

La statue est bien sûr moderne mais dans cette ville
qui semble tourner le dos à son glorieux passé lui, reste, vestige de la domination spartiate.

Le site de l’ancienne Sparte est à l’abandon et c’est ce qui fait son charme.




Sous les oliviers nous découvrons le mur d’enceinte
de l’acropole,
l’emplacement du temple à Athéna Chalchiocos
(demeure de bronze) et le théâtre hellénistique, infouillé.
Seuls quelques gradins et un morceau de la scène sont visibles.

Romantique à souhait, délaissé des touristes, ce site est superbe.

Seule rencontre avec une famille grecque en mal d’histoire.

Nous flânons. Les oliviers sont gigantesques.

Audrey fouille et trouve un morceau de chapiteau intransportable.

Les lauriers sont rose pâle. Manque d’eau. Je suis plus impressionné par Sparte que par Olympie.

Peut-être la démocratie prend le pas sur le sport et la trêve.

A regret nous quittons le site pour le musée.

Il est ouvert même le dimanche.

Site agréable en pleine ville mais mal entretenu..
Expositions gentilles, statues, masques, figurines et un étage réservé à la préhistoire.

Retour au camping pour déjeuner sur place.

Après déjeuner, boulettes et souvlakis, petite sieste sous les oliviers et match de foot :
(Japon/Costa Rica et Turquie/Russie)

Baignade en piscine et départ pour la citadelle de Mystras.

Site grandiose couronné par la forteresse franque les flancs parsemés de bâtiments en ruine
et constellés
d’églises byzantines.

Beaucoup de fresques en très mauvais état et sans grand intérêt.

Retour au camping après l’apéro au village de Mystras.

Dîner et dodo.

Demain Nauplie par Tripoli.


10 juin

Départ vers 10 h 30 de Sparte-Mystras après un réveil venteux et légèrement pluvieux.

Temps couvert, mais enfin la pluie cesse.Direction Tripoli et Nauplie.

Avant Tripoli nous rendons une petite visite à Aléa Athéna de Tege.

Déjeuner sur la route de Nauplie après Tripoli.
Nous décidons de faire un petit crochet par Argos, peu avant Nauplie.

Un vent très violent souffle sur le plateau surplombant le golfe de Nauplie.
Nous découvrons un des points de départ des « noires nefs » de l’Argolide vers Troie.

Argos, à 3 h il est trop tard pour visiter le théâtre mais on peut l’apercevoir de la route.
D’autres ruines jalonnent les rues du centre ville.

Direction Nauplie par la route intérieure.

On se dirige directement vers Tolo
ou nous avons repéré un camping.

Demandant un renseignement à un patron de resto
nous nous laissons convaincre
par la location d’une chambre chez l’habitant.

Il y a là un groupe de BMW’istes allemands.
Moyenne d’âge 50 ans, nos voisins de chamabre.

Après un petit ouzo sur la terrasse nous familiarisons avec le garçon de salle.

Le patron (Pâris !) lui, garde et gardera précieusement mon passeport dans sa poche. Il ne s’en sépare plus…

Nous allons faire un tour dans le village.
Internet café, messages à JM et Yves qui m’a envoyé une photo
« a deviner » je donne ma langue au chat.

Les bougainvillées sont ici gigantesques …Retour à l’hôtel « Zeus »
et dîner sur la terrasse.

Choyés nous sommes. Le patron nous parle français et le
serveur est aux petits oignons.

Demain Nauplie et les environs.

Si le vent persiste nous partirons pour Epidaure.


Dîner : sardines, farcies, calamars etc

km 1830

 



11 juin

Le vent est tombé ce matin à Tolo.
Après le petit déjeuner en route pour Nauplie.

La ville s’est beaucoup touristisé et pour cause.

Visite du musée archéologique et flâneries
dans les ruelles qui ont beaucoup perdu
de leur authenticité.

 

 


Nous visitons Aghios Spiridonos,
église devant laquelle avait été assassiné
Ioannis Capodistria premier président de la Grèce en 1830.

Nauplie était alors capitale de la jeune république grecque.

Apéritif sur le môle et retour pour déjeuner chez kir Pâris.

Petite sièste et promenade en kayak dans la baie de Tolo.

Beaucoup de vent et d’embruns.
Nous restons fidèles à « Zeus » et dînons sur place.

Demain départ vers Athènes par Epidaure.

 

 


L'église de Aghios Spiridonos
---------------------------------------------------------------

 

12 juin


Réveil tôt pour rejoindre Epidaure.

Pâris m’a enfin rendu mon passeport. Lui n’avait pas changé de chemise depuis trois jours
donc mon passeport n’avait pas bougé …
Ce matin c’est le matin des chambardements …
Exit la Turquie. Nous en avons décidé ainsi hier soir. Le passage Samos Kusadasi est possible mais reste aléatoire.

Au nouveau programme Mycène, Delphes, Némée etc... à voir, à l’aventure...

Nous arrivons sur le site d’Epidaure vers 10 h


Le chantier des fouilles est en pleine effervescence.

On remonte on creuse on assemble.

Même le théâtre est en chantier pour un spectacle.

Toujours aussi grandiose.
Après la visite du musée nous flânons sur le site
au fil des sentiers.

 

Petit odéon, temples, tholos et bien sûr
le magnifique théatre, où il y a plus de trente ans
j'ai assisté à une série de pièces d'Eschyle.

Retour sous la pinède.

Nous quittons le site pour nous perdre
sur de petites routes
ce qui nous donne l’occasion de boire un petit ouzo
et de reprendre la route pour Paléa Epidhavros
où un petit resto sur le port nous accueille
avec kokinisto et sole au citron.

 

l'Esculapeion d'Epidaure
Paléa Epidhavros, le petit restauant
chapiteau dorique
l'entrée du stade d'Epidaure

Nous repartons. Après un périple fabuleux de près de 60 km
entre mer et montagne nous arrivons
à Corinthe pour nous installer dans un petit camping
un peu désuet mais en bord de mer.

Petite baignade et repérage d’une taverne pour ce soir.

En nous y rendant Bibiche a fait une petite chute presque
à l’arrêt en dérapant sur du gravier.

Clignotant déchaussé sans gravité. Sparadrap.

Nous dînons d’énooormes crevettes et calamars entiers cuits sur la braise.

km 1983


13 juin

Réveil tôt et petit déjeuner sur le port de Corinthe.
Rien au camping avant 8 h 30
Nous avons decidé d'aller vers Mycènes et le centre du Péloponnèse.
Nous visiterons Corinthe demain au retour.

Autoroute vers Mycènes (sortie Argos).

Nous sommes presque seuls sur le site et bien nous en fait.

Jusqu'à présent nous avons eu beaucoup de chance de nous retrouver sans la cohue touristique.
Visite de la citadelle, berceau de l’Iliade, Agamemnon, Clytemnestre, Oreste et Iphigénie nous guident au travers du site grandiose, cyclopéen., la porte des lions, les tholos et enfin le « trésor d’Atrée »

Mycènes au XIIIème siècle av.JC

1 - la porte des Lions
2 - le cercle des tombes A
3 - maison "Vase du guerrier"
4 - la maison "Tsountas"
5 - le propylon
6 - le Palais "Mégaron"
7 - la porte nord
8 - la citerne "Perseia"
9 - la maison des colonnes
10 - les ateliers

aspect 2002 ...
la porte de Lions
le trésor d'Atrée -tombe présumée d'Agamemnon
une tholos
le trésor d'Atrée - vers la sortie

aspect 1976 ...

la porte des Lions
le cercle des tombes A
dôme d'une tholos
la tholos d'Egiste

masque mortuaire en or, d'Agamemnon découvert à Mycènes par Heinrich Schliemann,
inventeur de Troie et de Mycènes

 

 

Nous quittons ce lieu magique vers une destination plus terre à terre et descendons vers le village,
apéritif chez « Achilefs » d’où nous apprécions à la taverne d'en face ... les vers d’Aristide …

Nous repartons tranquillement vers Némée pendant que des hordes de cars de touristes envahissent Mycènes … ouf …

Némée est à ce jour de notre voyage le site le plus impressionnant qu’il nous est donné de visiter par sa beauté naturelle et par le témoignage vivant de son passé.

lle site de Némée en plein chantier

le stade des Jeux Néméeens

les athlètes au départ d'un stade

starting-blocks et système de départ
mise en place d'un fût de colonne

Dans le petit musée nous découvrons enfin les starting-blocks, les poids de saut en longueur,
les disques et les javelots.
Les jeux néméens étaient réputés aux IIème et III ème siècle. Nous parcourons le site impressionnant.
Des archéologues remontent les tambours des colonnes du temple d’Apollon.

Les bains sont intacts. Enfin le stade, grandiose.

Identique à celui d’Olympie par ses proportions et par l’absence de gradins, mais beaucoup plus complet.

Rigoles d’eau, starting-blocks tout est là.

 


Nous quittons Némée à reculons. Quoiqu' informé sur une taverne pour le déjeuner, pas trop loin, nous finissons dans une Grèce extrêmement profonde.

C’est à Khiliomodhi que nous nous attablons pour déguster pagres et sardines.

Au bistrot d’à côté on passe à la télé Italie/Mexique. Nous allons y boire le café.
1/0 pour le Mexique à la mi-temps.

Chaleur et resiné nous ont contraint à cette petite pause prolongée.

Nous arrivons à Corinthe l’antique vers 16 h.
Autre émerveillement avec la vision de temple d’Apollon campé au milieu du plateau.

Les colonnes dorique du temple d’Apollon fascinent.

On en découvre la beauté sous chaque angle et sous chaque éclairage.

la fontaine
la grande stoa
la marché nord
le sanctuaire d'Apollon

Nous regagnons le camping. Baignade, douche et décidons de dîner sur place. Souvlaki et crevettes.

Nous avons passé le cap des 2000 km à moto ce matin vers Corinthe. Bibiche se porte bien.

Nous en prenons le plus grand soin.

Demain Athènes.

km 2115


accueil